What a DRM looks like, Dessine-moi un DRM

Shit, I've been tricked.

I've just bought the CD MINIMUM-MAXIMUM of KRAFTWERK

No problem to listen it on my hi-fi system, but as soon as I insert it on my PC, I get this message (same thing on Apple's OSX):
[/IMG]

I click CANCEL (I'm not that stupid!).
And I cannot listen to the CD.

exploration of the CD:
[/IMG]

[/IMG]

(No trace of the audio files)

I launch my audio player MUSIKCUBE.
I try to look up for the tracks:
[/IMG]

I try a MP3 rip to put it on my MP3 player:
[/IMG]

conclusion:

[/IMG]

Thanks to the DRM….

CD bought in Hongkong, with the sticker copy controlled[/IMG]
"This contains Copy controlled technology."

and a text indicating that "on some equipments for example car CD playback problems may be envoutered"

Don't make the same mistake as I did !:furious:

EDIT: news

Researcher: DRM Has Deep Flaws

DRM won't protect the music and film industries from illegal file sharing, researcher says.

Jeremy Kirk, IDG News Service
Monday, March 27, 2006

Digital rights management (DRM) technology has deep flaws despite the hope of content providers that encrypted files will deter illegal file sharing, a computer security researcher said Monday.

DRM is a catch-all term for a variety of methods used to limit content sharing. Techniques include digital encryption of songs and encoded limits on the number of times content can be accessed. But DRM technologies are far from foolproof, and the ones developed so far have been easily circumvented by adept hackers, said Ian Brown, a senior research manager at the Cambridge-MIT Institute in England.

DRM won't protect the music and film industries, which have spent the last decade lobbying for new laws to protect their content but neglected trying to find better ways to monetize their offerings, he said. Bands such as U2 and the Grateful Dead use their music more as a promotional tool, relying on touring and merchandise for revenue, he said.

"It's the business models that need changing, not the technology," said Brown, whose doctoral thesis in part covered DRM technologies. He spoke at the Changing Media Summit in London.

DRM technology is simple but making it work is difficult, Brown said. The data has to be decrypted to be used, and the "analog hole" remains–the ability for determined bootleggers to use a microphone or regular video camera to record content for posting on file-sharing networks.

So-called "watermarks"–instructions regulating the usage of the file that are invisible to the users–can be removed by a determined programmer, allowing them to post a file to a P-to-P (peer to peer) network, Brown said. The algorithms used for watermarks are still "primitive," Brown said.

DRM technologies may be most effective for time-based events where encryption would only have to hold for a short period, such as the broadcast of a live sports event, Brown said.

Closely Watched

The progression of DRM technology is closely watched. Music and film industry officials argue that DRM is crucial to preserving revenue in the face of piracy. Consumer advocates say DRM technologies can be too restrictive for consumers who legitimately paid for content and want to share it on several devices.

"Fundamentally, it's an anti-user technology," Brown said. "It's a technology that allows content owners to provide data to their customers with restrictions on how they can use it that aren't justified by copyright law.

Microsoft is incorporating features into its next-generation OS, Windows Vista, to take advantage of DRM capabilities of TPM (trusted platform module) chipsets. TPM chip sets have the capability to store the keys, passwords, or certificates attached to DRM-enabled files and only allow decoding by authorized users.

France is debating legislation that would require companies developing DRM technologies to provide enough information so other companies can make interoperable systems. Apple Computer has lashed out at the measure, saying it will encourage music piracy.

http://pcworld.com/news/article/0,aid,125227,00.asp

en français:[/U]

Et merde, je me suis fait avoir.

Je viens d'acheter le CD MINIMUM-MAXIMUM de KRAFTWERK (de chez EMI RECORD). Il passe très bien sur ma chaîne hi-fi mais dès l'insertion du CD dans mon PC(à noter qu'on a le même résultat sur OSX)j'ai ça:
[/IMG]

(je clique non-et puis quoi encore???)
Et impossible de le lire.

exploration du CD:
[/IMG]

[/IMG]

(aucune trace des fichiers audios)

Je lance MUSIKCUBE.
Je tente de reconnaître les pistes via le net:
[/IMG]
[/IMG]

Je tente de ripper en MP3:
[/IMG]
[/IMG]

conclusion:

[/IMG]

merci les DRM…

CD acheté à Hongkong, avec l'autocollant copy controlled[/IMG]
"ce disque contient un dispositif technique limitant les possibilités de copie."

et un texte m'indiquant "je risque de pas pouvoir le lire sur certains autoradios".

Ne vous faites pas avoir comme moi !:furious:

et regardez le site http://stopdrm.info/ en passant.

EDIT: J'ai du nouveau:

un chercheur dans le domaine de la sécurité informatique à déclaré: En dépit de l'espoir deplacé dans les DRM par les fournisseurs de contenus, les DRM ont de gros défauts et ne sont pas en mesure de mettre un terme au partage illégal de fichiers.

DRM est une appelation qui regroupe toute une variété de méthodes pour limiter le partage de contenu, parmi les techniques utilisés on retrouver le cryptage numérique de chansons et un nombre d'accès au contenu limité. Les techniologies DRM jusqu'a présent ont facilement été contournées par des personnes compétentes à déclaré cette fois un directeur de recherche de l'institut cambridge-MIT en Angleterre.

Les DRM ne protègeront pas l'industrie du disque ni l'industrie du film qui ont depuis près d'une décénnie ont misé sur le lobbying pour faire passer de nouvelles lois qui protège leurs contenus tout en négligeant de monétiser leurs offres. Des groupes comme U2 ou les grateful dead utilise leur musique comme un support promotionnel et dépendent des concerts et du merchandising pour leurs revenus.

"C'est le modèle économique qui demande à être changer, pas la technologie" à dit Brown détenteur d'une thèse dont une partie couvre les technologies de DRM. Il faisait partie des orateurs au Changing Media Summit à Londres.

Le principe des DRM est simple mais leur mise en pratique est difficile. Les données doivent petre décryptées pour être utilisables et the "trou analogique" (–la possibilité d'enregistrer la contenu via un microphone ou une caméra) est toujours présent.

Les watermarks –instructions régulant l'usage possible d'un fichier qui sont incluses dans un fichier de manière transparente — peuvent être retirés par un programmeur déterminé pour ensuite pouvoir les partager .Les algorithmes utilisés comme watermarsk sont encore primitifs à ajouté Brown.

L'utilisation de DRM qui pourrait se révèler la plus efficace est en matière d'évènements basé sur le temps, où le cryptage n'aurait besoin que d'une courte durée de vie, par exemple la diffusion en direct d'un évènement sportif. à ajouté Brown.

La progression des technologies DRM est survéillée de près.les officiels des industries de la musique et de films prétendent que les technologies DRM sont cruciales pour préserver leur revenus mis en danger par le piratage. Les consommateurs et leurs défenseurs trouve que les technologies de DRM s'avèrent trop restrictives pour les consommateurs qui ont acheté un contenu de manière légitime et qui souhaiterait l'utiliser sur différents supports.

"Fondamentalement, c'est une technologie anti-utilisation" a dit Brown. "c'est une technologie qui permet aux propriétaires des droits d'exploitations d'un contenu de fournir au consommateur des donnés dont l'usage est restreint d'une manière qui ne sont pas justifié par les lois sur le copyright."

Microsoft intègre des fonctionnalités dans son prochain système d'exploitation pour profiter des capacités des puces TPM à gérer les DRM. les puces TPM on la capacité de stocker les clés, mots de passe et/ou les certificats associés aux fichiers enrichis en DRM et de n'autoriser le décodage de ces fichiers que par l'utilisateur autorisé.

Puis l'article se termine en parlant de l'amendement de dernière minute de la loi dadvsi sur l'interopérabilité et de la réponse d'apple.

Citation:
Researcher: DRM Has Deep Flaws

DRM won't protect the music and film industries from illegal file sharing, researcher says.

Jeremy Kirk, IDG News Service
Monday, March 27, 2006

Digital rights management (DRM) technology has deep flaws despite the hope of content providers that encrypted files will deter illegal file sharing, a computer security researcher said Monday.

DRM is a catch-all term for a variety of methods used to limit content sharing. Techniques include digital encryption of songs and encoded limits on the number of times content can be accessed. But DRM technologies are far from foolproof, and the ones developed so far have been easily circumvented by adept hackers, said Ian Brown, a senior research manager at the Cambridge-MIT Institute in England.

DRM won't protect the music and film industries, which have spent the last decade lobbying for new laws to protect their content but neglected trying to find better ways to monetize their offerings, he said. Bands such as U2 and the Grateful Dead use their music more as a promotional tool, relying on touring and merchandise for revenue, he said.

"It's the business models that need changing, not the technology," said Brown, whose doctoral thesis in part covered DRM technologies. He spoke at the Changing Media Summit in London.

DRM technology is simple but making it work is difficult, Brown said. The data has to be decrypted to be used, and the "analog hole" remains–the ability for determined bootleggers to use a microphone or regular video camera to record content for posting on file-sharing networks.

So-called "watermarks"–instructions regulating the usage of the file that are invisible to the users–can be removed by a determined programmer, allowing them to post a file to a P-to-P (peer to peer) network, Brown said. The algorithms used for watermarks are still "primitive," Brown said.

DRM technologies may be most effective for time-based events where encryption would only have to hold for a short period, such as the broadcast of a live sports event, Brown said.

Closely Watched

The progression of DRM technology is closely watched. Music and film industry officials argue that DRM is crucial to preserving revenue in the face of piracy. Consumer advocates say DRM technologies can be too restrictive for consumers who legitimately paid for content and want to share it on several devices.

"Fundamentally, it's an anti-user technology," Brown said. "It's a technology that allows content owners to provide data to their customers with restrictions on how they can use it that aren't justified by copyright law.

Microsoft is incorporating features into its next-generation OS, Windows Vista, to take advantage of DRM capabilities of TPM (trusted platform module) chipsets. TPM chip sets have the capability to store the keys, passwords, or certificates attached to DRM-enabled files and only allow decoding by authorized users.

France is debating legislation that would require companies developing DRM technologies to provide enough information so other companies can make interoperable systems. Apple Computer has lashed out at the measure, saying it will encourage music piracy.

http://pcworld.com/news/article/0,aid,125227,00.asp

13 Comments

Filed under Uncategorized

13 responses to “What a DRM looks like, Dessine-moi un DRM

  1. anonymous

    Anonymous writes:Et oui c'est ca le copy controlled…Ceci dit, si j'ai bien compris le projet du ministre RDV, il veut notamment obliger l'intercompatibilité. A savoir la possibilité de lire le fichier sur tout support. Il existe un vrai problème entre les fichiers MP3 qui ne se lisent pas sur tous les lecteurs portables. Concrètement, il faut que les constructeurs se mettent d'accord sur un format. Et en ce moment c'est la guéguerre pour remporter le marché.Et le Copy Controlled, on sait ce que c'est tout de même. Mais je comprend que ca soit casse burne.Il y a quelques années, rappelez vous le nombre de format sur le marché : CD, K7, mini disc, DCC, CDi, CDV etc… et ceux qui ont acheté le lecteur DCC, ils l'ont bien profond car ca n'existe plus! Et personne n'achète le dernier album de X en mini disc.Lorsqu'un changement s'opère, il y a des ratés…

  2. pfelelep

    signe au moins, 'spèce de lâche. ;)De ne pas pouvoir lire mon CD sur mon ordinateur, je trouve pas cela normal-même si tu me parles de "ratés".Je ne vois pas pourquoi tu me parles de nouveau format: j'ai acheté un CD, et je me retrouve avec une DCC? Nouveau format mon cul. Soit on m'a trompé ou on me ment, soit on se fout de ma gueule.On en avait un peu parlé lors de ta dernière visite. Maintenant, j'ai acheté un CD et je ne peux pas en disposer à ma guise, j'appelle cela du vol. Prévention de la piraterie ou non. Moi mes CDs ils s'abiment: je veux pouvoir en faire une copie de sauvegarde.Les lecteurs CDs portables sont démodés, je veux pouvoir écouter ma musique sur mon lecteur mp3. Pas possible?Et les fabriquants de lecteur MP3? Qu'est-ce qu'ils attendent pour gueuler? Que leurs vente se mettent à chuter? Merci les "copy controlled", j'ai compris le message!tu veux que je te dise le seul résultat que cela m'inspire cette histoire? Eh ben je vais devoir télécharger MON ALBUM en mp3 via P2P pour pouvoir l'écouter.Merci les pirates du web!Je n'achêterai plus Kraftwerk, ni même de CDs maintenant.Je ne trouve pas cela normal.Ce sont les types de Magnatune qui ont raison dans cette histoire: "No DRM: No copy protection (DRM), you can do what you like with your music, unlike iTunes and Windows-media based web sites"http://magnatune.com/info/give

  3. pfelelep

    en passant: vous pouvez "suivre" la discussion à ce sujet dans le domaine du monde libre, sur FRAMASOFT à cette adresse: http://forum.framasoft.org/viewtopic.php?t=15839

  4. anonymous

    Mista 'On writes:Ben toi t'en as des bonnes.Tu habites a HK et tu trouves le moyen d'acheter un CD… Mince alors, t'es dans le pays de la Copy For All Is Good. Tu pensais a quoi, a faire ta B.A. du jour? Tu as toujours la possibilite de ramener le disque la ou tu l'as achete… C'est bien dommage. Tiens je vais monter mon reseau P2P d'echange d'images de CD avec DRM… inutile en soi, mais qu'est-ce qui ne l'est pas aujourd'hui…Kenavo

  5. pfelelep

    tiens? t'es de retour Ronan? :eyes:Comment c'est la loi en Australie àce niveau-là d'ailleurs? En France, on est en plein DADVSI et caetera.et pour te répondre, oui, je pensais faire ma B.A. en achetant des CDs non-pirates, avec toutes les taxtes qu'elles sont chères.Et quand je veux être honnête, voilà ce que je reçois dans la pomme! [img]http://farandole.canalblog.com/images/calimero_baluchon.giftiens, un lien vers de la musique libre pour la peine:http://www.musique-libre.org/index.php?op=edito

  6. anonymous

    Anonymous writes:Je tiens à rester anonyme mon cher frère… (hni hin hin)Pour l'histoire de format, je voulais dire qu'à l'époque ou le CD sortait, tout une multitude de format a fait son apparition, et un seul a survecu : le CD!et pour ton histoire, c'est pas la première fois, mais retourne ton disque, et tu liras : will not play on PC/MAC.C'est comme les DVDs : oh putain mon Jamiroquai est pas zone 2…C'est marqué d'ssus!!!ET PUTAIN ARRETEZ DE VOUS PLAINDRE BORDEL DE MERDE!

  7. Djudjred

    Hello les zamis…bon pour ton problème de DVD pas compatible zoné et tout normallement on a arrété ces débilités. Solutions: des sorties simultanées dans tous les pays et des lecteurs DVD de salon multizones.Sinon si vot'PC vous fait encore des misères avec ça, utilisez AnyDVD ,le soft qui fait péter les zonages et les protections des DVD (et ça copie comme des oufs).Pour ton p'tit problème Pfelelep, je sais pas si ça marche mais un gars avait sorti une solution tellement con pour la protection de CD que Microsoft avait mis au point (2 parties du CD différentes, une pour le PC, l'autre pour les chaînes hi-fi) que ça en devenait marrant. Il suffisait de maintenir la touche "shift" enfoncée pour pouvoir accéder à l'autre partition du CD et finalement se retrouver avec les pistes classiques.En farfouillant un peu sur le net je suis sûr qu'on peut trouver qqchose pour contourner la protection DRM…

  8. pfelelep

    je vais essayer ton truc "shift" avec la touche shift, c'est bon à savoir. En fait, c'est pas que ça me pose de problèmes (en bidouillant, on trouve une solution), c'est que la loi française est particulièrement répressive contre ceux qui essaye de contourner les protections numériques, meme s'ils sont acheteurs.EDIT: j'ai trouvé la méthode (le "shift" c'est juste pour désactiver la fonction AUTORUN) http://www.dsg.cs.tcd.ie/~haahrm/copying-protected-cds/pour Chuch: je retourne le CD, y'a marqué compatible Windows et Mac; mais pour les 2 systèmes, il faut installer le programme de protection anti-copie qui vous fera planter votre ordi et ouvrira la porte aux virus.J'ai pas encore essayé avec Linux, mais y'a tout à parier que cela ne fonctionnera pas (les DRMs et autres Copy Controlled sont complêtement opposés à l'idée même de Open-Source-et c'est cela qui pose problème car avec la nouvelle loi, LINUX devient illégal).Je me plains parce que je veux pouvoir disposer de MON ACHAT à ma guise; et pas me retrouver en prison si j'essaye de contourner les protections numériques de MON ACHAT. C'est le contrat de Windows: tu l'as acheté mais "on te le prête", tu peux pas faire ce que tu veux avec.et c'est pas normal, quel que soit la raison ou le contexte.T'achêtes des spaguettis mais t'as pas le droit d'en faire un gratin: c'est au beurre sinon rien!T'achêtes un T-Shirt Fruit of ze loom mais t'as pas le droit de le montrer au copain et surtout pas de te faire prendre en photo avec!T'achêtes un téléphone mais pas question de téléphoner à un copain qui écoute de la musique en même temps, sinon tu pirates!Je sais que Olivier va devoir jouer avec tout ce contexte pour monter sa boîte, mais Olive, regarde un peu autour de toi: ça emmerde tout le monde et TOUT LE MONDE GUEULE: c'est-à-dire que ce n'est PAS la bonne solution et ça va se casser la gueule parce que les consommateurs peuvent refuser ce système. Au niveau du changement et de ses ratés, la loi a suivi dans le mauvais sens et ça c'est pas bon.Tout est parti de deux mensonges énormes, relayés par ceux-qui-avaient-tout-à-perdre mais:1/ L'industrie du disque N'EST PAS en danger.2/ Les artistes ONT INTERET à se faire pirater et à se faire diffuser.

  9. anonymous

    Anonymous writes:AAAAAaaAaAAaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAaaaaaa… (help)Les artistes n'ont pas intérêt à se faire pirater. Sinon les meufs ont intérêt à se faire violer (voilà, ca c'est dit).Et l'industrie n'est pas en danger mais elle s'est pris un pain dans la gueule tout de même.Et pour finir, la bonne solution n'a pas été trouvée, mais on cherche et on finira par trouver. Je suis tellement contre l'immobilisme… il faut essayer, ca foire on change. Simplement. C'est comme le CPE! il parait qu'il y a trois millions de manifestants!!!! On vit pas heureux quand même… y a toujours un truc qui nous déplait…Moi perso ce qui me saoule, c'est qu'auncune imprimante n'a le même format de cartouche. On encule pas les mouches là hein???

  10. pfelelep

    ON NE PARLE PAS DU CPE ICI PLEASE!Sinon, je ne réponds plus de rien.Je maintiens ce que je dis: un artiste qui se fait pirater se fait diffuser et connaître beaucoup plus.Et l'industrie du disque n'est pas en danger: la chute des vente des disques est imputable à d’autres facteurs : récession économique, fin du cycle technologique du CD et du remplacement des vinyles, réduction de la diversité de l’offre, diminution de la qualité, ou encore déplacement de la consommation vers d’autres supports ou loisirs (DVD, webradios, etc.); et de plus ces dernières années, en même temps que l'apparition du P2P, les ventes de disques ont augmenté.Si vous voulez approfondir, voici des liens vers des études:http://www.odebi.org/forums/index.php?showtopic=3822http://www.demine.com/modules.php?name=News&file=article&sid=168http://www.cerna.ensmp.fr/Documents/OBetalii-P2P.pdf (PDF)http://www.journaldunet.com/0512/051221musique.shtmlhttp://www.melissa.ens-cachan.fr/imprimer.php3?id_article=583Chuch, nous avons eu un (toute) petite discussion sur le fait que les chiffres peuvent être trompeurs (on peut leur faire dire ce que l'on veut), mais je te demanderai de considérer qu'il n'est pas impossible que les majors aient tort sur ce sujet(ce serait d'ailleurs tout leur intérêt de mentir). Ensuite, beaucoup de sondages montrent que les internautes ont tendance à télécharger la musique qu'ils n'achêteraient pas de toute façon ou, qu'une fois téléchargée, ils se décident à acheter l'album complet (le téléchargement devient alors une sorte d'avant-goût, de période d'essai).Pour en revenir au DRM:un chercheur dans le domaine de la sécurité informatique à déclaré: En dépit de l'espoir deplacé dans les DRM par les fournisseurs de contenus, les DRM ont de gros défauts et ne sont pas en mesure de mettre un terme au partage illégal de fichiers. DRM est une appelation qui regroupe toute une variété de méthodes pour limiter le partage de contenu, parmi les techniques utilisés on retrouver le cryptage numérique de chansons et un nombre d'accès au contenu limité. Les techniologies DRM jusqu'a présent ont facilement été contournées par des personnes compétentes à déclaré cette fois un directeur de recherche de l'institut cambridge-MIT en Angleterre. Les DRM ne protègeront pas l'industrie du disque ni l'industrie du film qui ont depuis près d'une décénnie ont misé sur le lobbying pour faire passer de nouvelles lois qui protège leurs contenus tout en négligeant de monétiser leurs offres. Des groupes comme U2 ou les grateful dead utilise leur musique comme un support promotionnel et dépendent des concerts et du merchandising pour leurs revenus. "C'est le modèle économique qui demande à être changer, pas la technologie" à dit Brown détenteur d'une thèse dont une partie couvre les technologies de DRM. Il faisait partie des orateurs au Changing Media Summit à Londres. Le principe des DRM est simple mais leur mise en pratique est difficile. Les données doivent petre décryptées pour être utilisables et the "trou analogique" (–la possibilité d'enregistrer la contenu via un microphone ou une caméra) est toujours présent. Les watermarks –instructions régulant l'usage possible d'un fichier qui sont incluses dans un fichier de manière transparente — peuvent être retirés par un programmeur déterminé pour ensuite pouvoir les partager .Les algorithmes utilisés comme watermarsk sont encore primitifs à ajouté Brown. L'utilisation de DRM qui pourrait se révèler la plus efficace est en matière d'évènements basé sur le temps, où le cryptage n'aurait besoin que d'une courte durée de vie, par exemple la diffusion en direct d'un évènement sportif. à ajouté Brown. La progression des technologies DRM est survéillée de près.les officiels des industries de la musique et de films prétendent que les technologies DRM sont cruciales pour préserver leur revenus mis en danger par le piratage. Les consommateurs et leurs défenseurs trouve que les technologies de DRM s'avèrent trop restrictives pour les consommateurs qui ont acheté un contenu de manière légitime et qui souhaiterait l'utiliser sur différents supports. "Fondamentalement, c'est une technologie anti-utilisation" a dit Brown. "c'est une technologie qui permet aux propriétaires des droits d'exploitations d'un contenu de fournir au consommateur des donnés dont l'usage est restreint d'une manière qui ne sont pas justifié par les lois sur le copyright." Microsoft intègre des fonctionnalités dans son prochain système d'exploitation pour profiter des capacités des puces TPM à gérer les DRM. les puces TPM on la capacité de stocker les clés, mots de passe et/ou les certificats associés aux fichiers enrichis en DRM et de n'autoriser le décodage de ces fichiers que par l'utilisateur autorisé. Puis l'article se termine en parlant de l'amendement de dernière minute de la loi dadvsi sur l'interopérabilité et de la réponse d'apple. Citation:Researcher: DRM Has Deep Flaws DRM won't protect the music and film industries from illegal file sharing, researcher says. Jeremy Kirk, IDG News Service Monday, March 27, 2006 Digital rights management (DRM) technology has deep flaws despite the hope of content providers that encrypted files will deter illegal file sharing, a computer security researcher said Monday. DRM is a catch-all term for a variety of methods used to limit content sharing. Techniques include digital encryption of songs and encoded limits on the number of times content can be accessed. But DRM technologies are far from foolproof, and the ones developed so far have been easily circumvented by adept hackers, said Ian Brown, a senior research manager at the Cambridge-MIT Institute in England. DRM won't protect the music and film industries, which have spent the last decade lobbying for new laws to protect their content but neglected trying to find better ways to monetize their offerings, he said. Bands such as U2 and the Grateful Dead use their music more as a promotional tool, relying on touring and merchandise for revenue, he said. "It's the business models that need changing, not the technology," said Brown, whose doctoral thesis in part covered DRM technologies. He spoke at the Changing Media Summit in London. DRM technology is simple but making it work is difficult, Brown said. The data has to be decrypted to be used, and the "analog hole" remains–the ability for determined bootleggers to use a microphone or regular video camera to record content for posting on file-sharing networks. So-called "watermarks"–instructions regulating the usage of the file that are invisible to the users–can be removed by a determined programmer, allowing them to post a file to a P-to-P (peer to peer) network, Brown said. The algorithms used for watermarks are still "primitive," Brown said. DRM technologies may be most effective for time-based events where encryption would only have to hold for a short period, such as the broadcast of a live sports event, Brown said. Closely Watched The progression of DRM technology is closely watched. Music and film industry officials argue that DRM is crucial to preserving revenue in the face of piracy. Consumer advocates say DRM technologies can be too restrictive for consumers who legitimately paid for content and want to share it on several devices. "Fundamentally, it's an anti-user technology," Brown said. "It's a technology that allows content owners to provide data to their customers with restrictions on how they can use it that aren't justified by copyright law. Microsoft is incorporating features into its next-generation OS, Windows Vista, to take advantage of DRM capabilities of TPM (trusted platform module) chipsets. TPM chip sets have the capability to store the keys, passwords, or certificates attached to DRM-enabled files and only allow decoding by authorized users. France is debating legislation that would require companies developing DRM technologies to provide enough information so other companies can make interoperable systems. Apple Computer has lashed out at the measure, saying it will encourage music piracy. http://pcworld.com/news/article/0,aid,125227,00.aspEn parlant des cartouches d'encre: tu laisses faire et continues à te plaindre ou tu gueules à 60 000 000 de consommateurs? Saches qu'on peut acheter des cartouches GENERIQUES moins chères et qui fonctionnent sur les 2/3 des modèles d'imprimantes dans les magasins spécialisés mais que ca fait gueuler les fabriquants car ils se font des marges d'encul…. sur la revente de leurs cartouches.Alors, qui c'est qui se fait avoir dans le lot?

  11. pfelelep

    …il semble que chuch' ait décidé de me laisser le dernier mot (comme quoi il est bien plus intelligent que moi) :rolleyes:Bon, en tous les cas, ces DRM (ces rootkits plus précisément)n'ont pas fini de faire parler d'eux.J'en profite juste pour refaire de la pub vers de la musique libre:Plein de liens sur le wiki:http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_librehttp://magnatune.com/http://musique-libre.org/index.php?op=editohttp://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Sound/list :eyes::eyes::eyes:http://www.uzine.net/article819.html

  12. anonymous

    Anonymous writes:Et bien saches que tous les arguments que j'avance et mon opinion ne sont pas des idées de majors mais mes idées!! Tout d'abord j'évolue dans le milieu de la musique depuis… 7/8 ans, et parceque cette année je serai producteur indé.Quoi qu'il en soit, tu penses ce que tu veux, mais le jour où je sors l'album de mes artistes, je me foutrais dans le cul le beurre pour mes epinards si on télécharge illégalement l'album! Certes le son circulera, mais pas le pognon. Mon pognon. Et celui de mes associés. Saches que nous crachons 50 000 euros pour produire un album et faire tourner la boite. Si tout le monde télécharge, que l'artiste devient super réputé, cool, mais moi je fous les clés sous la porte et je passe à autre chose. Je ne suis pas une major et je ne produis pas la star ac. Il y a une ECONOMIE. Le piratage baise cette économie.Maintenant je suis d'accord, il y a plein d'album de merde, c'est trop cher, certains "pirates" achètent ensuite blablabla.Quoi qu'il en soit, l'art a un prix! Tu veux en profiter, tu paies POINT BARRE! Et si l'artiste veut que ca soit gratuit, il peut. Mais il n'aura jamais de producteur, mais un mécène.Et on a bien dérivé des DRM.Et pour les cartouches, je préfère me concentrer sur ma boite, mon groupe, ma musique, les meufs, ce que je fais samedi prochain et ce que je bouffe demain matin. Je ne change pas le monde. Bêêêêê…..

  13. pfelelep

    je t'aime.Bêêêêê aussi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s